Menu

L’utilisation du Big Data pour stimuler les ventes

Toutes les entreprises cherchent à augmenter leur part de marché. Mais les plus petites n’ont pas forcément les moyens financiers leur permettant de payer pour réaliser des études. Ce que ces sociétés ignorent, c’est qu’elles détiennent beaucoup de données qui, lorsqu’elles sont savamment exploitées, peuvent leur permettre de mieux connaître les besoins des consommateurs.

Comment utiliser les données pour booster ses ventes ?

Pour un budget raisonnable, il existe des formations permettant de comprendre les données collectées, de les analyser et de les interpréter en les modélisant sur un tableau de bord organisé de manière pertinente. Une fois cet outil convenablement utilisé, des décisions stratégiques peuvent être prises de façon éclairée. En effet, le « Big Data » permet :

  • la création de nouveaux modèles de vente
  • l’identification de nouveaux produits à lancer sur le marché
  • la valorisation des données qui d’une part, augmente la valeur de l’entreprise elle-même (Facebook est un exemple). Ces données peuvent également être cédées à des entreprises extérieures.

Le Big Data et les PME

Au départ réservés aux grosses entreprises, les applications liées au « Big Data » sont aujourd’hui accessibles aux PME. Elles peuvent, comme les grands groupes connecter leurs données-clients avec celles du marché. Par exemple, les dirigeants de petites entreprises peuvent désormais :

  • analyser les comportements d’achat de leur clientèle en ligne comme en boutique dans le but d’effectuer des réapprovisionnements avant de se retrouver en rupture de stock et de louper des ventes
  • utiliser les données récoltées sur les médias sociaux et le site web de l’entreprise pour mettre en place des actions (publicités, promotions, offres ciblées…) permettant d’améliorer le « taux de conversion », c’est-à-dire transformer plus de prospects en clients et augmenter la valeur moyenne des achats
  • comparer les données « transactionnelles » avec celle des concurrents afin notamment de mesurer le succès des produits et services nouveaux et d’identifier les produits les plus recherchés par les clients.

Le lien entre le renseignement industriel et le Big Data

En même temps que le « Big Data » a émergé le concept moderne de « renseignement industriel », un des aspects de l’intelligence artificielle, un aspect intéressant. Cette expression désigne en fait l’ensemble des activités permettant de prendre des décisions éclairées et d’instaurer des actions basées sur des données, de la collecte à la prise de décision, en passant par le stockage et l’analyse, dans le but d’augmenter ses revenus de l’entreprise.

C’est là qu’intervient également la notion « CRM », action s’inscrivant dans la stratégie de « Business Intelligence » adoptée par l’entreprise : elle consiste à étudier la relation client pour mieux la comprendre. Les techniciens de gestion d’entreprise l’appellent aussi « vision du client à 360° ». Son but: segmenter la clientèle de manière pour apporter des réponses personnalisées à chaque type de profil.

Le renseignement industriel nécessite des investissements technologiques pour compiler et harmoniser les données. Mais que se passe-t-il ensuite ? L’entreprise a le choix : elle peut utiliser des algorithmes ou des scientifiques professionnels pour analyser les données.

Embaucher un analyste, même à temps partiel, coûte cher. En revanche, les outils gratuits ou à faibles coûts sont facilement accessibles sur internet. La PME peut s’offrir ce qu’on appelle également : « Business Intelligence automatisée ». Son rôle :

  • effectuer un nouveauciblage publicitaire en relançant les visiteurs qui sont venus plusieurs fois sur son site
  • suggérer aux clients des produits, les célèbres recommandations
  • offrir un contenu personnalisé aux clients.